Метка: Три мушкетера | Les trois mousquetaires

Адаптированный для изучения французского языка перевод книги «Три мушкетера»

Les trois mousquetaires. Chapitre 6. Athos.

M. de Tréville était pour le moment de fort méchante humeur, mais il a salué poliment le jeune homme qui s’est incliné jusqu’à terre.

Il s’est rapproché de l’antichambre en faisant signe à d’Artagnan comme pour lui demander la permission d’en finir avec las autres avant de commencer avec lui, il a appelé trois fois:

-Athos! Porthos! Aramis!

Les deux mousquetaires avec lesquelles nous avons déjà fait connaissance se sont avancés vers le cabinet dont la porte s’est refermée derrière eux. Leur contenance pleine de dignité et de soumission a excité l’admiration de d’Artagnan qui voyait dans ces hommes des demi-dieux, et dans leur chef un Jupiter olympien armé de tous ses foudres. Читать далее

Les trois mousquetaires. Chapitre 5. Aramis.

-Et j’ai payé douze pistoles pour ce baudrier. N’est-ce pas, Aramis, -a dit Porthos se tournant vers un autre mousquetaire.

   Cet autre mousquetaire formait un contraste parfait avec celui qui l’interrogeait. C’était un jeune homme de vingt-deux  à vingt-trois ans à peine, à la figure naïve et doucereuse, à l’œil noir et doux et aux joues roses et veloutées comme une pêche en automne; ses mains semblaient craindre de s’abaisser, de peur de gonfler leurs veines. D’habitude il parlait peu et lentement, saluait beaucoup, riait sans bruit en montrant ses dents, qu’il avait belles.

   Il a répondu à son ami par un signe de tête affirmatif. La conversation est passée à un autre sujet.

-Que pensez-vous de ce que raconte l’écuyer de Chalais?- a demandé un autre mousquetaire  s’adressant à tout le monde. Читать далее

Les trois mousquetaires. Chapitre 3. Lettre disparue.

Et bien, comment va cet enragé? -a repris le gentilhomme en se retournant au bruit de la porte et en s’adressant à l’hôte qui venait s’informer de sa santé. 

-Il va mieux,- a dit l’hôte. Il s’est évanoui tout à fait. Mais avant de s’ évanouir il a rassemblé toutes ses forces pour vous appeler. Il frappait  sur  sa poche  et il disait:  «Nous  verrons  ce que M. de Tréville  pensera  de  cette  insulte  faite  à  son  protégé.

-M. de Tréville?- a dit  l’inconnu en devenant  attentif.  Voyons, mon cher hôte, pendant que votre  jeune  homme  était  évanoui, vous n’aviez pas regardé  cette poche-là?  Qu’y avait-il?

-Une lettre adressée à M. de Tréville, capitaine des mousquetaires.

-Diable! — a murmuré l’inconnu  et il est tombé  dans une réflection qui  a duré  quelques  minutes.  Читать далее

Les trois mousquetaires. Chapitre 4. Porthos

D’Artagnan est entré donc dans Paris, a vendu son cheval jaune et a trouvé une chambre, espèce de mansarde, près du Luxembourg. Puis il est revenu au Louvre s’informer au premier mousquetaire qu’il rencontrait de la situation de l’hôtel de M. de Tréville. Puis il s’est couché  et s’est endormi  du sommeil  du brave.

M. de Tréville avait réellement commencé comme d’Artagnan. Sa  bravoure insolente, son bonheur plus insolent encore dans un temps où les coups pleuvaient comme grêle, l’avaient hissé au sommet de cette échelle difficile qu’on appelle la faveur de cour, et dont il avait escaladé quatre à quatre les échelons. Читать далее

Les trois mousquetaires. Chapitre 2. L’ennemi

L’ennemi

Le même jour D’Artagnan s’est mis en route. Il s’est trouvé, au moral  comme  au  physique,  une copie exacte  du héros  de Cervantes. Don Quichotte  prenait  les moulins à vent  pour des géants  et les moutons pour des armées,  d’Artagnan a pris chaque sourire pour une insulte  et chaque regard  pour une provocation. Et, comme il descendait de cheval à la porte  du Franc Meunier, d’Artagnan  a avisé à une fenêtre entrouverte  du rez-de-chaussée un gentilhomme de belle taille  et  de haute mine  qui causait avec deux personnes.

Читать далее

Les trois mousquetaires. Chapitre 1. Le gascon

Le gascon

Adaptation pour la publication à Etudiant du Français

Le premier lundi du mois d’avril 1625, le bourg de Meung semblait être dans une révolution. Plusieurs bourgeois,voyant s’enfuir les femmes du côté de la Grande-Rue, entendant les enfants crier, se dirigeaient vers l’hôtellerie du Franc Meunier où s’empressait un groupe plein de curiosité. 

Читать далее